Pleins feux : L’avocate en droit du travail Kathleen Chevalier conseille les entreprises sur les difficultés en milieu de travail pendant la pandémie

23 juin 2020

Kathleen Chevalier

Associée spécialisée en droit du travail et de l’emploi chez Stikeman Elliott, Kathleen Chevalier est particulièrement sollicitée depuis quelques mois par les employeurs à la recherche de solutions pratiques aux difficultés conjoncturelles du monde des affaires provoquées par la pandémie de COVID-19. Elle consacre actuellement beaucoup de son temps à des questions comme les mises à pied temporaires, les rappels au travail, l’élaboration de politiques, la communication avec les employés, la sécurité sur le lieu de travail et le recentrage des priorités de l’entreprise en fonction de la nouvelle normalité.

Pendant la pandémie, des médias nationaux ont invité Kathleen à commenter les nouveaux développements juridiques qui affectent les employeurs dans tout le pays. Elle est apparue en dernier sur BNN Bloomberg pour discuter de la modification à la législation sur le droit du travail de l’Ontario concernant les mises à pied temporaires. Elle a fait remarquer que même si les nouvelles dispositions réduisent la protection des salariés et accordent une certaine souplesse aux employeurs, elles procurent une assurance aux deux parties, ce qui avantage à la fois les employeurs et les salariés.

Selon elle, le monde va changer et la situation va provoquer la naissance d’un nouveau droit. Elle aborde la situation plus en profondeur dans un article publié sur la page Notre savoir, « L’Ontario apporte des changements importants à la LNE : congés, mises à pied et congédiements implicites durant la COVID-19. »

Aux premiers stades de la pandémie, Kathleen a abordé la question des attentes des employeurs envers leurs salariés dans un article du Globe and Mail intitulé « More companies asking employees to work from home to slow spread of coronavirus », où elle signalait que les entreprises établissaient leurs attentes concernant la productivité et fournissaient des directives sur des questions comme le traitement de l’information confidentielle en dehors du lieu de travail.

Un peu plus tard, elle a encore été interviewée par le Globe and Mail pour l’article « Employment lawyers warn companies about legal risks in temporary layoffs », où elle a d’abord abordé le sujet des mises à pied temporaires et émis l’opinion que l’issue des réclamations sera sensiblement différente après la pandémie, rajoutant que les employeurs sont constamment appelés à prendre des risques calculés.

L’une des grandes appréhensions que lui confiaient ses clients dans tous les secteurs, révèle Kathleen dans un article BNN Bloomberg intitulé « New reality: How employers can prepare for the future of work », était la résistance ou le refus des salariés de revenir au travail. Les remarques de Kathleen sur la relance des entreprises après les fermetures occasionnées par la pandémie sont aussi parues dans un article de Benefits Canada intitulé « Legal considerations for employers as pandemic drags on », dans lequel elle expose les difficultés des entreprises à trouver le meilleur moyen de fonctionner efficacement et en toute sécurité.

Associée accomplie exerçant dans le Groupe de l’emploi et du travail de Stikeman Elliott, Kathleen recourt à sa vaste expérience pour aider ses clients à prendre des décisions stratégiques et éclairées concernant le milieu de travail. Elle offre des conseils de première qualité aux clients à propos de leurs soucis particuliers dans tous les aspects de la relation de travail, en milieu syndiqué et non syndiqué, et donne des conseils pratiques concernant les incidences des opérations commerciales sur les relations de travail.

On comprend facilement pourquoi Kathleen Chevalier vient d’être inscrite au palmarès des avocats pleins de promesses en droit du travail par Chambers Canada 2020. Chambers rapporte que les clients n’ont que de bons mots au sujet de Kathleen. L’un deux déclare : « Son travail s’inscrit parfaitement dans nos valeurs et dans notre façon de faire des affaires. » Chambers signale son expertise notable dans le secteur du détail, au service de grands noms dans les produits de consommation et les biens de luxe.

Au service de ses clients au fil des ans, Kathleen a acquis une expérience approfondie des tribunaux, dans des litiges en droit du travail, comme des congédiements sans motif sérieux, des arbitrages de grief et des affaires devant le Tribunal des droits de la personne de l’Ontario. Elle est par ailleurs invitée, lors d’événements à thématique juridique ou féminine, à parler de sujets comme le cannabis sur les lieux de travail, la Loi sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario, la Loi sur les normes d’emploi, et la gestion efficace des handicaps en milieu de travail, pour n’en nommer que quelques-uns.

Pour de plus amples renseignements sur l’expertise et l’expérience de Kathleen, consultez sa biographie ici.