Mandats récents
  • Airbus SE dans son partenariat annoncé avec Bombardier Inc. et Investissement Québec visant le programme d'avions C Series.
  • Bayer AG, à titre de conseillers juridiques canadiens en concurrence, dans la vente de ses entreprises et actifs agricoles à BASF SE, pour la somme de 9 milliards de dollars américains, dans le cadre des plus grandes opérations de dessaisissement en vue de satisfaire aux enjeux d’antitrust.
  • Wabtec Corporation, à titre de conseillers juridiques canadiens, dans son projet de fusion avec GE Transportation, une unité de General Electric Company, pour la somme de 11,1 milliards de dollars américains.
  • Modular Space Holdings, Inc., à titre de conseillers juridiques canadiens, dans son acquisition par WillScot Corporation pour la somme de 1,2 milliard de dollars américains.
  • Patheon N.V., à titre de conseillers juridiques canadiens, dans son acquisition par Thermo Fisher Scientific Inc. pour la somme de 7,2 milliards de dollars américains.
  • Potash Corporation of Saskatchewan, à titre de conseillers juridiques principaux en concurrence, dans le cadre de son association avec Agrium Inc. pour créer un fournisseur mondial d’intrants de culture intégré de niveau international. Il s’agit de la plus importante opération de fusion et acquisition canadienne annoncée en 2016 et de l’une des plus importantes à l’échelle mondiale; elle a fait l’objet d’approbations en matière de concurrence dans plusieurs grands territoires de compétence du monde entier.
  • Coburn and Watson’s Metropolitan Home c. Bank of America Corporation et al. – représentation de la CIBC dans sa défense relativement à une série de recours collectifs intentés contre plusieurs banques et sociétés émettrices de cartes de crédit en Colombie-Britannique, en Ontario, au Québec, en Alberta et en Saskatchewan alléguant un comportement anticoncurrentiel en ce qui a trait à des frais payés par les marchands concernant l’acceptation des cartes de crédit.
  • Manitoba Telecom Services, dans sa vente à BCE Inc., une fusion qui a fait passer de quatre à trois le nombre de fournisseurs de services sans fil au Manitoba. En bout de ligne, elle a fait l’objet de deux mesures correctives prises en application de la loi sur la concurrence, lesquelles ont nécessité le dessaisissement d’actifs et d’autres arrangements pour faciliter l’arrivée d’un nouveau concurrent, ainsi que le dessaisissement d’autres actifs pour renforcer la concurrence actuelle.
  • Le commissaire de la concurrence c. HarperCollins Publishers, LLC – représentation de HarperCollins relativement à la requête déposée auprès du Tribunal de la concurrence par la commissaire alléguant une restriction de concurrence dans la vente de livres numériques.
  • Bayer AG, à titre de conseillers juridiques canadiens, dans le cadre de son acquisition de Monsanto Company pour la somme de 66 milliards de dollars américains, l’une des plus importantes transactions à l’échelle mondiale en 2016-2017.
  • La Compagnie de la Baie d’Hudson, dans le cadre d’une poursuite intentée par le commissaire de la concurrence devant le Tribunal de la concurrence à l’égard de pratiques commerciales, alléguant la violation des « dispositions relatives au prix de vente ordinaire » de la Loi sur la concurrence par la Baie d’Hudson en ce qui a trait à la publicité entourant la vente de matelas.
  • Lowe’s Companies, dans son acquisition de Rona, une société emblématique canadienne, pour la somme de 3,2 milliards de dollars canadiens, créant ainsi la plus importante chaîne de centres de rénovation au Canada, de même que dans l’obtention des approbations nécessaires en matière de concurrence et d’investissements étrangers.
  • Divers fabricants d'automobiles, dans la défense de recours collectifs intentés en Ontario, en Colombie-Britannique, au Québec et au Manitoba, sur des allégations de complot de fixation des prix et de collusion dans les soumissions relativement à diverses pièces automobiles.
  • Vail Resorts Inc., dans son acquisition de Whistler Blackcomb Holdings Inc. pour la somme de 1,4 milliard de dollars canadiens, ainsi que dans l’obtention des approbations nécessaires en matière de concurrence et d’investissements étrangers. L’opération a été classée parmi les « Opérations de l’année » par Lexpert, une publication juridique canadienne de premier plan.
  • RealtySellers et al. c. l’Association canadienne de l’immeuble et le Toronto Real Estate Board et al. – représentation de l’ACI dans une action civile alléguant un complot et le bris d’une entente de règlement relativement à des services de courtage immobilier résidentiel.
  • CST Brands, Inc., à titre de conseillers juridiques canadiens, dans sa vente à Alimentation Couche-Tard d’un réseau de plusieurs centaines de stations d’essence au Canada pour la somme de 4,4 milliards de dollars américains, une opération nécessitant une analyse complexe et très pointue des marchés locaux.
  • Airia Brands Inc. c. Air Canada et al. – nous avons représenté Air Canada dans sa défense contre des recours collectifs intentés en Ontario, en Colombie-Britannique et au Québec relativement à un comportement anticoncurrentiel allégué dans l’industrie du fret aérien.
  • Canexus Corporation, dans son acquisition par Chemtrade Logistics Income Fund, à la suite d’un processus d’examen complet aux termes de la Loi sur la concurrence.
  • Fairhurst c. De Beers – représentation de plusieurs parties défenderesses dans des recours collectifs intentés en Colombie-Britannique, en Ontario, en Saskatchewan et au Québec alléguant un comportement anticoncurrentiel en ce qui a trait à l’établissement des prix des diamants de qualité gemme.
  • Marriott International, Inc., à titre de conseillers juridiques canadiens, relativement à son acquisition de Starwood pour la somme de 12 milliards de dollars américains, formant ainsi l’un des plus grands groupes hôteliers au Canada; Stikeman Elliott a réussi à faire autoriser l’opération sans qu’une demande de renseignements
  • Ewert c. Nippon Yusen Kabushki Kaisha et al. – représentation de NYK Line dans sa défense relativement à des recours collectifs intentés en Colombie-Britannique, en Ontario et au Québec alléguant un complot de fixation des prix en ce qui a trait aux services d’expédition de fret par voie maritime au moyen de navires-rouliers.
  • Les hongkongaises CKI et PAH, dans le cadre de leur acquisition d’une participation majoritaire dans la division des pipelines de pétrole de Husky dans l’Ouest canadien, pour la somme de 1,7 milliard de dollars canadiens, ainsi que l’obtention des approbations nécessaires à l’égard des investissements étrangers.
  • Mancinelli c. UBS et al. – représentation de UBS dans sa défense relativement à des recours collectifs intentés en Ontario et au Québec alléguant une manipulation du marché des changes et des taux de change de référence.
  • Valspar, à titre de conseillers juridiques canadiens, dans le cadre de son acquisition par Sherwin-Williams pour la somme de 11,3 milliards de dollars américains, pour créer une importante société mondiale de peintures et de revêtements.
  • Di Filippo c. UBS et al. – représentation de UBS dans sa défense relativement à deux séries de recours collectifs intentés en Ontario et au Québec alléguant un comportement anticoncurrentiel en ce qui a trait à des complots en vue de se répartir les marchés de l’or et de l’argent.
  • Allergan plc, d’abord dans sa défense contre une offre publique d’achat hostile déposée par Valeant Pharmaceuticals International Inc. en 2014, puis dans sa vente subséquente à Actavis plc en 2015, et finalement, plus récemment, en ce qui a trait à la vente de sa division de médicaments génériques à Teva Pharmaceuticals; les trois opérations ont été examinées par le Bureau de la concurrence, la troisième ayant fait l’objet d’un processus d’examen à deux phases, d’un accord de consentement et de mesures correctives nécessitant certains dessaisissements.
  • Allott c. Hitachi Chemical et al. et Cygnus Electronics c. Hitachi Chemical et al. – représentation de Hitachi Chemical dans sa défense relativement à deux séries de recours collectifs intentés en Ontario, au Québec et en Colombie-Britannique sous des allégations de fixation de prix de vente de condensateurs à film et électrolytiques, composants intégrés à un vaste éventail d’appareils électroniques, qu’il s’agisse de téléphones mobiles ou de réfrigérateurs.
  • Manitoba Telecom Services, dans sa vente fructueuse de la société de télécommunications Allstream à Zayo pour la somme de 465 millions de dollars canadiens (un projet de vente antérieur d’Allstream à un autre acheteur avait été refusé par le gouvernement du Canada pour des raisons de sécurité nationale).
  • Nokia et Alcatel-Lucent, à titre de conseillers juridiques canadiens en concurrence, en ce qui a trait à l’acquisition par Nokia d’Alcatel-Lucent pour la somme de 15,6 milliards d'euros, créant ainsi un chef de file de l’innovation dans les technologies et les services de prochaine génération conçus pour un monde interconnecté par IP.
  • L’acheteur CRH (en vertu de mesures correctives), dans son acquisition auprès de Holcim de sa division canadienne du ciment et des actifs afférents, laquelle fait suite aux mesures correctives imposées par le Bureau de la concurrence relativement à l’opération conclue entre Holcim et Lafarge.
  • Fanshawe College c. LG Display Co, Ltd. – représentation de LG Display dans sa défense relativement à des recours collectifs intentés en Ontario, en Colombie-Britannique au Québec alléguant un complot de fixation des prix de panneaux ACL.
  • EMC Corporation, à titre de conseillers juridiques canadiens, dans son acquisition par Dell, ce qui a entraîné la création de la plus importante société de technologie intégrée, contrôlée par des intérêts privés, dans le monde.