Les opérations dans le secteur pétrolier et gazier marquées par les marchés en baisse et le désinvestissement au Canada

7 juin 2018

Le texte qui suit résume les données fournies dans la revue annuelle 2017 du secteur pétrolier et gazier au Canada de Stikeman Elliott S.E.N.C.R.L., s.r.l.

Survol

2017 a été une autre année turbulente dans le secteur pétrolier et gazier. Le cadre réglementaire et économique du pétrole et du gaz a continué d’évoluer rapidement tout au long de l’année, et plusieurs entités du secteur ont dû pondérer leur optimisme prudent avec le recul persistent du secteur des marchandises. Malgré quelques grandes opérations dans le secteur en 2017, le nombre total d’opérations ainsi que leur valeur globale ont chuté de façon presque généralisée par rapport à 2016. Cela est plutôt étonnant étant donné la tendance à la hausse de l’économie en général du premier au quatrième trimestre. Nous avons examiné les grandes acquisitions et opérations de financement du secteur et avons résumé les opérations et les tendances de la dernière année comparativement à 2016.

Tendances dans le secteur des fusions et acquisitions

Seulement six opérations publiques de fusion et acquisition en amont ont été réalisées en 2017 (contre 17 en 2016), et deux d’entre elles visaient des sociétés inscrites au Canada dont les actifs étaient situés exclusivement à l’extérieur du Canada. La valeur des opérations a diminué de 45 %, reflétant dans une large mesure une période de 12 mois au cours de laquelle le cours des actions de la plupart des sociétés a baissé tout au long de l’année. Les marchés en baisse n’entraînent généralement pas la consolidation du secteur en amont.

Les opérations privées de fusion et acquisition en amont visant des actifs se sont quant à elles faites plus nombreuses, leur nombre total ayant légèrement augmenté par rapport à l’année dernière et leur valeur totale s’établissant à environ quatre fois celle de l’année dernière. Toutefois, les activités sur le plan de la valeur étaient en général nettement orientées vers le désinvestissement au Canada. ConocoPhillips, Shell, Centrica, Qatar Petroleum et Apache ont toutes procédé à des ventes importantes de leurs actifs canadiens, tandis que Cenovus et Canadian Natural ont accru leur exposition aux sables bitumineux dans le cadre de deux opérations d’une valeur d’un peu plus de 30 milliards de dollars. À elles seules, ces deux opérations ont représenté près de 80 % de l’ensemble des fusions et acquisitions de sociétés privées sur le plan de la valeur. Sans tenir compte de ces opérations, la valeur des fusions et acquisitions privées en amont a diminué en 2017.

Afin d’amortir son acquisition des actifs de ConocoPhillips, Cenovus a participé en qualité de vendeur à quatre des 10 fusions et acquisitions de sociétés privées d’une valeur de plus de 300 millions de dollars. Pengrowth a elle aussi réalisé un important programme d’aliénation en vendant quatre blocs distincts valant chacun plus de 150 millions de dollars.

Le marché du secteur intermédiaire a été très peu animé. Une importante opération publique a été réalisée (soit l’acquisition de Veresen par Pembina), mais la valeur des opérations privées a diminué de près de 80 %.

Le marché du secteur des services a connu une solide consolidation avec la réalisation de cinq opérations (d’une valeur de près de trois fois celle de l’année dernière). Toutes ces opérations visaient la fusion de fournisseurs canadiens avec d’autres sociétés canadiennes. La consolidation fonctionne pour certains. Le marché privé a connu un ralentissement marqué, le nombre d’opérations ayant diminué d’environ 50 % par rapport à l’année dernière. Cette tendance est en partie reflétée dans l’étude, qui tient compte des annonces par des sociétés publiques de leurs acquisitions privées. Le marché est demeuré atone alors que les sociétés se sont détournées des occasions de croissance externe.

 

2017
Valeur des opérations
(en M$ CA)

2017
Nombre d’opérations

2016
Valeur des opérations
(en M$ CA)

2016
Nombre d’opérations

Fusions et acquisitions

En amont

Cibles publiques

$3,004

6

$5,455

17

Cibles et actifs privés

$38,423

48

$9,000

49

Intermédiaire

Cibles publiques

$9,300

1

-

-

Cibles et actifs privés

$1,088

7

$6,530

10

En aval

Cibles publiques

$68

1

-

-

Cibles et actifs privés

$1,600

1

-

-

Champs pétrolifères

Cibles publiques

$882

5

$265

2

Cibles et actifs privés

$182

5

$530

11

Tendances dans le secteur des opérations de financement

En ce qui concerne les opérations de financement, la conclusion la plus marquante de notre étude pourrait être que les placements de titres de capitaux propres par voie de prospectus ont diminué de près de 50 % par rapport à 2016, tant sur le plan de la valeur que du nombre. La tendance résolument à la baisse des marchés des titres de capitaux propres a rendu les émetteurs particulièrement frileux.

En 2017, seulement six placements par voie de prospectus ont été réalisés en amont, pour un produit de plus de 100 millions de dollars. Au printemps, Cenovus a réalisé le plus important placement de titres de capitaux propres, mobilisant près de 3 milliards de dollars en lien avec son acquisition des actifs de ConocoPhillips. Le capital restant a été injecté dans les sables bitumineux (MEG Energy), les producteurs de pétrole privilégiant le rendement (Cardinal Energy et Whitecap Resources), la croissance dans Montney (Painted Pony) et le Bakken (PetroShale). Le message était assez clair : le Canada n’entendait pas investir dans les capitaux propres du secteur de l’énergie.

Les placements privés de titres de capitaux propres en amont ont enregistré une baisse semblable sur le plan de la valeur, mais ont maintenu leur niveau d’activité en fonction du nombre d’opérations. Les opérations les plus importantes ont été réalisées par des sociétés de mise en valeur pétrolière et gazière de l’Ouest canadien (Karve Energy, Whitecap Resources et Delphi Energy) et des sociétés menant des activités d’exploration et de mise en valeur à l’extérieur de l’Amérique du Nord (SDX Energy, ShaMaran Petroleum et Oronova Energy).

Une poignée d’émetteurs en amont ont été en mesure d’accéder relativement facilement aux marchés des titres de créance. Les opérations de financement ont augmenté de 13 % sur le plan du nombre, et d’environ 3,5 fois sur le plan de la valeur. Le flux d’opérations a été très concentré, Canadian Natural se trouvant en tête de liste avec la réalisation de six opérations pour un produit total d’un peu moins de 5 milliards de dollars.

Même si la plupart des principaux acteurs du secteur intermédiaire participaient aux marchés boursiers, le nombre d’opérations a diminué de 23 % (ou de 20 % en termes de valeur). Les opérations les plus importantes ont été réalisées par AltaGas (un financement d’acquisition) et par Kinder Morgan Canada (un PAPE), mais Enbridge, TransCanada, Keyera et Pembina Pipeline ont toutes procédé à la vente d’actions ordinaires ou privilégiées. Enbridge a réalisé quatre des 12 opérations visant des titres de créance pour un produit total de 3,5 milliards de dollars.

En 2017, le secteur du financement des services est demeuré sensiblement stable, tandis que le produit total de la dette a augmenté de près de 300 %. À l’exception des PAPE de STEP et de Source, une seule autre opération d’une valeur de plus de 100 millions de dollars a été réalisée.

Dans le secteur en amont, les promoteurs ont été actifs, ayant participé à 13 opérations annoncées publiquement, y compris trois opérations réalisées par AIMCo.

 

2017
Valeur des opérations
(en M$ CA)

2017
Nombre d’opérations

2016
Valeur des opérations
(en M$ CA)

2016
Nombre d’opérations

Opérations de financement

En amont

Titres de capitaux propres (par voie de prospectus)

$4,389

16

$8,650

42

Titres de capitaux propres (par voie de placement privé)

$956

31

$2,000

35

Titres de créance

$14,036

29

$3,140

16

Intermédiaire

Titres de capitaux propres (par voie de prospectus)

$7,880

10

$9,805

13

Titres de capitaux propres (par voie de placement privé)

$1,900

2

$145

1

Titres de créance

$7,118

12

$5,715

9

En aval

Titres de capitaux propres (par voie de placement privé)

$668

2

-

-

Titres de créance

$500

1

-

-

Champs pétrolifères

Titres de capitaux propres (par voie de prospectus)

$572

10

$675

9

Titres de capitaux propres (par voie de placement privé)

$142

5

$305

4

Titres de créance

$2,089

8

$690

3

Perspectives

L’incertitude quant au cadre réglementaire pour les entités du secteur pétrolier et gazier canadien continue jusqu’ici à régner. Les entités du secteur pétrolier et gazier canadien ont les mêmes difficultés à introduire leur produit sur de nouveaux marchés et à livrer concurrence à l’industrie de plus en plus importante du gaz de schiste aux États-Unis. Le désinvestissement et la consolidation au Canada pourraient se poursuivre, alors que les placements en titres de capitaux propres demeurent stagnants. Un optimisme prudent a cependant gagné le secteur. En effet, des signes de croissance soutenue sur les marchés pétroliers mondiaux et un intérêt renouvelé sur les marchés du gaz naturel au Canada ont fait leur apparition. Nous espérons grandement que le vent tourne au second semestre de 2018.

MISE EN GARDE : Cette publication a pour but de donner des renseignements généraux sur des questions et des nouveautés d’ordre juridique à la date indiquée. Les renseignements en cause ne sont pas des avis juridiques et ne doivent pas être traités ni invoqués comme tels. Veuillez lire notre mise en garde dans son intégralité au www.stikeman.com/avis-juridique.

Restez au fait grâce à Notre savoir