2016 – Tendances en fusions et acquisitions dans le pétrole et le gaz au Canada

7 janvier 2016

Alors que beaucoup s’attendaient à une augmentation considérable du nombre de fusions et acquisitions dans le pétrole et le gaz en 2015, l’année a vu beaucoup moins d’activité qu’en 2014, car le cours du pétrole est demeuré en deçà des 50 $ US/b et est même récemment tombé sous la barre des 40 $ US/b.

Sauf de rares exceptions, les fusions et acquisitions dans le pétrole et le gaz ont été plus petites et moins nombreuses qu’en 2015. La seule OPA hostile d’importance (4,1 milliards de dollars) a été lancée par Suncor sur Canadian Oil Sands. Les grandes acquisitions consensuelles ont été rares (à part l’acquisition de Legacy Oil + Gas par Crescent Point pour 1,5 milliard de dollars et celle de Beaumont Energy par Whitecap Resources pour 500 millions de dollars), puisqu’il s’est avéré difficile de s’entendre sur les évaluations relatives et sur ceux des membres la direction qui resteraient en poste à l’issue de la transaction.

Comme le prix du pétrole et du gaz demeure anémique beaucoup plus longtemps que ne l’avaient craint la plupart des sociétés pétrolières et gazières, alors qu’elles ont lancé des programmes d’immobilisations onéreux, quelquefois en mode survie, et que leurs budgets généraux et administratifs ont été amputés, les tensions internes sur les conseils d’administration et les équipes de direction continuent de s’intensifier, tout comme les pressions externes exercées par les créanciers, les entreprises désireuses de fusionner et les acquéreurs éventuels.

Les conseils d’administration doivent maintenant fréquemment répondre à des offres comportant des primes de changement de contrôle considérable par rapport au cours actuel, primes qui, il y a 18 mois, auraient été considérées comme plus que suffisantes, mais qui, vu le creux historique actuel du cours du pétrole et du gaz (à court terme), sont jugées opportunistes et incompatibles avec la juste valeur réelle par les conseils ou les directions. Parallèlement, les conseils doivent se méfier de la possibilité que les actionnaires de la Société soient attirés par l’occasion d’accepter une prime.

À la faiblesse actuelle du prix du pétrole et du gaz se rajoute l’incertitude dans les domaines suivants, qui contribue à limiter l’activité en fusions et acquisitions et en financements connexes:

  • les prix futurs des marchandises
  • a récente élection des libéraux au fédéral, qui risque d’entraîner un changement dans:
    • l’examen des investissements étrangers
    • la législation sur le changement climatique
  • l’élection du NPD en Alberta, qui risque d’entraîner:
    • la révision du régime des redevances
    • de nouvelles règles sur le changement climatique
    • l’augmentation de l’impôt sur les sociétés
    • l’éloignement du monde des affaires
  • les infrastructures, notamment les pipelines, dont l’accès aux marchés est limité par:
    • le rejet de Keystone XL par le président Obama
    • les questions autochtones et environnementales prises en compte dans l’évaluation des projets d’infrastructure

Tous ces éléments créent un climat peu propice aux fusions et acquisitions, autant par des intervenants canadiens que par des multinationales étrangères désireuses d’investir rentablement au Canada, en particulier en Alberta. Une certaine partie de cette incertitude devrait toutefois être levée au début de 2016, notamment en ce qui concerne la législation sur le changement climatique et l’examen du régime des redevances en Alberta. Parallèlement, d’autres forces accentueront la pression sur l’exploration et la mise en valeur des champs de pétrole et sur les entités les desservant en 2016. Compte tenu de la faiblesse de l’activité en 2015, il n’est pas trop risqué de prédire que les fusions et acquisitions dans le secteur du pétrole et du gaz augmenteront en 2016.

Cliquez ici pour le restant du billet.

MISE EN GARDE : Cette publication a pour but de donner des renseignements généraux sur des questions et des nouveautés d’ordre juridique à la date indiquée. Les renseignements en cause ne sont pas des avis juridiques et ne doivent pas être traités ni invoqués comme tels. Veuillez lire notre mise en garde dans son intégralité au www.stikeman.com/avis-juridique.

Restez au fait grâce à Notre savoir